Journée d'étude

Traumas, terreur, terrorismes :vague après vague…24 Mai 2018

Quand : le 24 Mai 2018 de 09:30 à 17:00
Où : Université Paris Diderot Amphi Vilgrain 1A - La «Halle aux Farines» 2, rue Marguerite Duras 75013 Paris. Voir sur la carte
Organisation : COPELFI
Accès : www.copelfi.fr - 0148543997 - ass.copelfi@club-internet.fr

Journée COPELFI de Paris en partenariat avec l’ALFEST et l’UFR d’études psychanalytiques Université Paris-Diderot.

Argument

Nous sommes confrontés depuis 2012 à une « vague d’attentats ». Nous proposons cette nouvelle rencontre avec COPELFI et l’ALFEST en partenariat avec l’Université Paris Diderot pour interroger l’impact traumatique modulé par la répétition et la durée, avec le partage d’expérience de professionnels d’Espagne et d’Israël également confrontés à la gestion de crises à répétition. Le trauma a souvent l’allure d’un tsunami, d’une vague dévastatrice qui emporte tout. Il suffit d’un unique instant pour tuer et briser. Le sujet a été confronté impuissant à quelque chose d’exceptionnel. Mais quelle que soit l’ampleur du désastre, la vague est passée, le temps reprend son cours et l’on peut reconstruire. Il reste la mémoire, la douleur et il peut être dur de se relever. Si la mer est faite de vagues successives, le trauma peut être comme la mer, une succession d’évènements, comme des vagues qui viennent l’une derrière l’autre, cumuler leurs effets destructeurs, user les résistances, effondrer les digues, ôter toute illusion de sécurité, enlever l’espoir… Au niveau individuel, un attentat renvoie, à la confrontation à sa propre mort ou à celle de proches, à la perte d’intégrité, à l’effraction psychique et à l’effroi. Au niveau collectif, il s’agit d’imposer le règne de la terreur, d’empêcher de penser et de paralyser. L’action paraît vaine. La parole se meurt. La violence triomphe. L’Idée de toute loi s’effrite. L’horreur est instrumentalisée pour être mise au service du chaos. Les morts et les blessés sont transformés en signes de cet appel au néant. La reprise de la pensée et la victoire de la pulsion de vie sur la pulsion de mort passent par un travail d’analyse, enrichit par la mise en perspective transdisciplinaire que peut nous apporter un dialogue entre la théorie de la métapsychologie freudienne, l’exigence du pragmatisme soignant, et la confrontation avec des expériences venues d’ailleurs (Israël et Espagne) et une pensée philosophique forte sur une conceptualisation contemporaine de la violence et de la guerre. Les survivants et les témoins relayent et diffusent malgré eux la contamination. Les enfants ne sont pas épargnés. S’en prendre aux enfants, c’est tuer la possibilité d’un avenir, d’une survie, la représentation d’une Vie qui se transmet. Si la terreur s’installe, si l’on détruit l’humain en l’enfant en attaquant la construction de son psychisme et sa capacité de faire des liens, c’est l’âme du groupe auquel il appartient que l’on menace.

Programme

MATINÉE Président de séance – Modérateur : Pr Ouriel Rosenblum
9h00 : Mot du Président de Copelfi : Eric Ghozlan
9h15-10h00 : Conférence inaugurale par le Pr Paul-Laurent Assoun « Évolution du concept de trauma dans la métapsychologie freudienne. »
10h00-10h30 : Pr Thierry Baubet « Etudes IMPACTS et ESPA 13 novembre : Où en est-on ? »
11h00-11h30 : Pr Ch. Hoffmann et Roland Chémama « Trauma dans la civilisation. Terrorismes et guerre des identités. »
11h30-12h00 : Pr Jacques Dayan « Etudes épidémiologiques sur les attentats de Paris. »

APRÈS-MIDI Président de séance : Muriel Katz
14h00-14h45 : Conférence exceptionnelle du Pr Sam Tyano (Israél) « Le post traumatique – du traitement à la prévention. »
14h45-15h15 : Pr Florence Ashkenazy « Nice 14-7 »
15h15-15h45 : Pause
15h45-16h15 : Dominique Sabbah (Espagne) « Le contexte socio-politique dans l’adaptation des victimes du terrorisme : l’exemple de l’Espagne. »
16h15-16h45 : Dr Gilbert Vila « En surfant sur les vagues… »
Conclusion et fin de la journée à 17h00